MERCREDI 11 JANVIER 2017 19h15

Corrie Heeremans À venir à l'ALPA :, Annonces, Nouvelles 0 Comments

Quelle chance nous avons de recevoir Jacques Nadeau mercredi à l’ALPA!
M. Nadeau, photographe de presse au Devoir depuis plus de 20 ans, nous entretiendra avec passion de son métier.
Illustrant son propos de nombreuses photos prises au cours des années, il nous décrira son quotidien de photojournaliste et traitera des défis passés, actuels et futurs en regard de l’évolution de notre société.
Il apportera quelques exemplaires de son dernier livre « Photos retrouvées ».
Les membres désireux de se procurer ce livre pourront acheter un exemplaire à 50% du prix régulier.

Bio

Jacques Nadeau et Le Grand Art du Photoreportage par Yves Roberge.

Les photographes de presse sont nombreux, mais peu d’entre eux sont de véritables photoreporters, de véritables artistes. Au Québec, Jacques Nadeau, est, à mon avis, le plus éloquent de cette catégorie. De nombreux photographes affichent une technique irréprochable mais bien peu savent capter à la fois le contenu informationnel et le contenu émotionnel qui révèlent  le sens profond des événements. Et tout le drame en mouvement.

J’œuvre dans le domaine des communications et du journalisme depuis 1970. Tour à tour caméraman, journaliste, chroniqueur, éditeur et conseiller en communications auprès de nombreuses organisations. Pour moi, Jacques est, avant tout un journaliste visuel qui investit, avec une passion sans limites, son brillant imaginaire et sa maîtrise des techniques photographiques pour exprimer les aspects les plus profonds de la vie telle que les événements nous la révèlent au quotidien.

Feuilletez Le Devoir certains jours et vous trouverez, d’une page à l’autre, des images produites selon 3 ou 4 approches photographiques exploitées d’une manière parfaitement adaptée à chaque sujet. En page frontispice, les enfants d’une garderie photographiés dans une image intensément  poétique et colorée, avec un brin de Doisneau dans le regard.

Plus loin, un politicien vu sous un angle tout à fait inhabituel et dont l’expression vous rend soupçonneux… sans que vous sachiez pourquoi. Ailleurs, le directeur d’un organisme culturel en péril, photographié devant un labyrinthe de panneaux de circulation. Enfin, dans la section économie, un financier bien léché qui semble sorti tout droit du Wall Street Journal. On dit parfois que les photos de Nadeau embêtent la plupart des personnages publics au moins une fois… et certains d’entre eux tout le temps!

Cette incroyable polyvalence stylistique de Nadeau exige à la fois une absolue maîtrise des techniques photographiques et un talent artistique unique pour déchiffrer et capter tout le contenu d’une seconde de vie. Ses photos sont d’abord et avant tout des images, des tableaux peints avec une caméra.

Mais, il y a plus encore. Et ce ‘plus’ est parfaitement illustré dans son livre Carré Rouge qui tient beaucoup plus du documentaire que du recueil de photos. Jacques Nadeau a tout couvert, il a pris tous les risques, littéralement écrasé entre les boucliers des policiers ou leurs chevaux et les groupes de manifestants, arrosé de gaz toxiques qui ont failli lui coûter la vue. Dans ce livre, Nadeau révèle, comme personne d’autre ne l’a fait, tous les aspects de ce moment charnière de notre histoire. Technique irréprochable, capacité incroyable de saisir l’émotion et de réagir dans un climat d’une violence inouïe.

Si vous voulez trouver le grand artiste qu’est Jacques Nadeau, consultez quatre ou cinq médias qui couvrent un sujet important dans la même journée. Jacques Nadeau affiche toujours un angle original… et signifiant. C’est ça, l’art du photoreportage.

Les images de Jacques Nadeau enrichissent notre mémoire collective et elles ne s’effaceront pas. Il mérite bien cet hommage.

Yves Roberge

En savoir plus sur M. Nadeau
http://www.jacquesnadeauphoto.com/

 

Laisser un commentaire